Pourquoi Apple invoque la liberté d’expression face au FBI

"Le premier amendement protège la liberté d’expression, qui comprend également “le droit de ne pas s’exprimer”, explique aux “Echos” Rianna Pfefferkorn, chercheuse spécialisée en cryptographie et vie privée à l’école de droit de Stanford.

Or, le FBI veut pour la première fois forcer la société à “écrire” un nouveau logiciel. Avant le lancement en septembre 2014 du système d’exploitation iOS8 reposant sur un chiffrement poussé, Apple avait déjà prélevé certaines données des smartphones pour le FBI. La grande différence, c’est que la société californienne n’avait pas dû créer de nouveau logiciel pour les extraire."